Article presse DNA 2011 / Expo-vente Monaco

Article DNA 2011

Le joaillier de la rue des Hallebardes a été invité à une vente de prestige à Monaco, fin juillet. Ce créateur globe-trotter puise son inspiration à travers ses voyages. Rencontre avec Eric Humbert, alchimiste de la matière, des couleurs et de la lumière.

« L’invisible qui nous inspire ne nous provient qu’en étant libres et ouverts au monde ». Plus qu’une pensée, une philosophie de vie qui colle à la peau d’Eric Humbert, joaillier à Strasbourg, installé rue des Hallebardes.

Joaillier inspiré même, comme le précise la signature de son site internet. « Tout vient du non-matériel : l’inspiration puise sa source dans la spiritualité et sans inspiration aucune création n’est possible », dit-il.

Et la source d’Eric Humbert, c’est la terre. De la devanture jusque dans les moindres recoins de l’atelier, la boutique du globe-trotter strasbourgeois regorge de souvenirs de voyages.

Une améthyste de 120 kg achetée dans le désert de l’Arizona Une statuette Tiki en provenance de Tahiti « veille sur les habitants de la maison », tout en s’acoquinant avec deux zèbres de Namibie et un taureau en bronze de Colombie. « À Villa de Leyva, j’ai même échangé mon short contre le tableau d’un artiste renommé », se souvient Eric Humbert.

Mais le plus impressionnant reste cette améthyste géante achetée à un collectionneur de pierres précieuses lors d’un grand rassemblement dans le désert de l’Arizona. « Elle est un peu voûtée, mais l’améthyste est une pierre de force et de sagesse aux vertus nettoyantes et régénérantes », explique le créateur strasbourgeois que rien ne prédestinait à ce métier.

Victime d’un accident de moto, son père est soudain privé de l’usage de ses jambes. Eric, alors âgé de 17 ans, le seconde dans son atelier de la rue des Hallebardes. Avec patience et minutie, il apprend le métier. « Quand mon père est décédé en 1996, ce fut un énorme choc. Notre relation était très fusionnelle, Je me suis alors réfugié dans le lointain des voyages pour faire le point, me ressourcer, Je me suis ouvert à de nouvelles sensibilités, à une autre vision de mon métier. Mon père m’a beaucoup appris, mais aussi paradoxal que cela puisse paraître, sa mort a été pour moi la plus belle leçon de vie », raconte-t-il avec un filet d’émotion dans la voix.

Très attaché à sa clientèle locale, Eric Humbert s’est de plus en plus tourné vers la création. « Avec le temps, le style arrive à une maturité technique ou spirituelle », précise-t-il.

Il aime aussi que le bijou fasse corps avec ses propriétaires. « Le styliser, c’est notre métier, mais le personnaliser demande une recherche plus intime. J’essaye d’en savoir davantage sur la personne qui me sollicite pour mettre en valeur un diamant ou une pierre précieuse. On peut garder l’âme d’un bijou, lui donner un second souffle, mais il doit surtout être le reflet de celui ou de celle qui le porte. »

De ses voyages en Afrique, en Australie, en Amérique du Sud ou en Polynésie, le joaillier strasbourgeois n’a pas ramené que des perles des rubis, des émeraudes, des tourmalines ou des opales mystérieuses.

Il a aussi retenu des images, des couleurs, des lumières, des formes, des lignes qu’il transmet ensuite dans la création de ses bijoux. « C’est comme un flash, comme un jaillissement de lave. Ca peut ressortir dans l’instant ou seulement six mois après un voyage ou bien encore mélanger plusieurs destinations. »

« Une récompense et une reconnaissance de mon travail » Fin juillet, Eric Humbert a été sélectionné pour participer à une vente aux enchères au Sporting d’Hiver de Monaco. Temps forts de cet événement étalé sur vingt jours : une collection de pièces vintage d’exception signée du joaillier américain Harry Winston, des tableaux de Miro, Renoir et Picasso, et de somptueux meubles et objets d’art datant du XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles.

« C’était plutôt flatteur d’avoir été convié à cette vente, même si ma philosophie de vie est très éloignée de la jet-set, des milliardaires et des Ferrari. J’ai pris cela comme une reconnaissance et une récompense de mon travail », estime le joaillier strasbourgeois qui a pu nouer quelques contacts professionnels.

Fin novembre, du 24 au 27, il exposera à la galerie Hip (qui a ouvert ses portes début mai) afin « de se faire une petite place dans le milieu de la création à Paris. »

Eric Humbert en profitera sans doute pour présenter son collier « Komodo », une opale d’Éthiopie enserrée dans une coque sertie de diamants, mais aussi d’autres modèles comme un pendentif en émeraude de Colombie ou une bague inca montée d’un rubis du Pérou.

Un bretzel d’or en vitrine Cependant, le créateur globe-trotter est également resté couleur locale en dessinant un bretzel qui se porte en pendentif. Son originalité : il est réversible. Stylisé en or d’un côté, paré de brillants de l’autre.

Le coût de ce bijou reste abordable (de 590 à 1 600 EUR), même si dans son atelier Eric Humbert travaille aussi sur des pièces, dont la valeur marchande peut culminer jusqu’à 30 000 EUR.

Le joaillier de la rue des Hallebardes est parti cette année à la découverte de l’Inde du Sud. « J’ai découvert les rangolis, ces dessins qui ornent le seuil des maisons. C’est un art féminin qui se transmet de mère en fille, raconte-t-il. Ce voyage aura été pour moi une respiration propice à des idées nouvelles, car j’ai une vision très artistique de mon métier. »

Et sa prochaine création pourrait bien épouser la forme florale ou animale d’un rangoli.

Patrick Schwertz Joaillerie Eric Humbert, 46 rue des Hallebardes, à Strasbourg. ?03 88 32 43 05. Ouvert du mardi au vendredi (10 h à 12 h, 14 h à 18 h 30) et le samedi (10 h à 12 h, 14 h à 18 h). Site internet : www.eric-humbert.com Joaillerie Eric Humbert, 46 rue des Hallebardes, à Strasbourg. ?03 88 32 43 05. Ouvert du mardi au vendredi (10 h à 12 h, 14 h à 18 h 30) et le samedi (10 h à 12 h, 14 h à 18 h). Site internet : www.eric-humbert.com

© Dna, Jeudi le 22 Septembre 2011 - Tous droits de reproduction réservés *********************************************************************************************** This message and any attachments are confidential and intended for the named addressee(s) only. If you have received this message in error, please notify immediately the sender, then delete the message. Any unauthorized modification, edition, use or dissemination is prohibited. The sender shall not be liable for this message if it has been modified, altered, falsified, infected by a virus or even edited or disseminated without authorization. ***********************************************************************************************


Article presse DNA 2011 / Expo-vente Monaco

facebook Eric Humbert
SUIVEZ NOTRE ACTUALITÉ EN CLIQUANT SUR NOTRE LIEN FACEBOOK
Eric Humbert - joaillier - 46, Rue des Hallebardes - 67000 STRASBOURG - Tél/Fax 03 88 32 43 05 info@eric-humbert.com